Avertir le modérateur

22/03/2012

Plus c'est gros, plus ça passe

Jean-François Copé a eu le front ce matin d'accuser François Hollande de nourrir le communautarisme, sous entendu d'encourager la dérive islamiste. Nonobstant le fait que strictement rien dans les propos de campagne du candidat socialiste n'accrédite jusqu'à présent cette thèse, le seul parti qui depuis sa création a fait du communautarisme sa marque de fabrique est l'UMP, et son champion, Nicolas Sarkozy, en tête.

Qui a créé en 2003 a créé le Conseil français du culte musulman (CFCM), une association qui a le monopole des relations avec l'Etat sur des questions comme la coordination des fêtes religieuses musulmanes, la construction des mosquées, le marché des aliments halal, la formation des imans et les conditions régissant la présence de ces derniers dans l'armée et dans les prisons? Un certain Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur. L'idée n'était certes pas idiote, puisque vivent en France plus de 3,5 millions de musulmans, lesquels sont assez pratiquants. Mais, si les mots ont un sens, difficile d'éluder le fait qu'il s'agissait d'une initiative communautariste. Au demeurant, au moins concernant le halal et l'endoctrinement islamiste dans les prisons, on peut souligner que le CFCM ne s'est pas montré pas à la hauteur des responsabilités que la République lui a confié. 

Journal blasphémateur Qui préside depuis 2008 le CFCM? Mohammed Moussaoui, né au Maroc, et maître de conférences à l'Université d'Avignon. Personnellement je n'ai rien contre les binationaux, étudiants et a fortiori enseignants. Mais vu la charge de l'UMP contre les binationaux lors du fameux débat sur l'Identité nationale et les obstacles que multiplient Claude Guéant à l'accueil d'universitaires étrangers, il apparait pour le moins contradictoire de voir cet organisme présidé par un tel homme. Curieux choix en effet que ce M. Moussaoui qui, avant d'être élu à la tête du CFCM, s'était distingué en 2006 parmi les plaignants à l'encontre de Charlie Hebdo lors de l'affaire dite des caricatures de Mahomet. Un procès très communautariste, heureusement gagné par le journal blasphémateur au nom de la liberté d'expression, qui dut néanmoins en payer le prix fort 5 ans plus tard avec l'incendie de ses locaux par des illuminés islamistes, acte naturellement condamné par M. Moussaoui.

Comprenne qui pourra, il se trouve que Mohamed Moussaoui, tout comme d'ailleurs son prédécesseur au CFCM, Dalil Boubakeur, recteur de la grande Mosquée de Paris, appellent tous les deux à voter Nicolas Sarkozy le 22 avril prochain. Ils ne ménagent d'ailleurs pas leurs efforts pour mobiliser la communauté musulmane, dans un esprit cependant qui me semble bien éloigné des valeurs républicaines. C'est ainsi que le 11 mars dernier, pour les emmener au grand show sarkozyste de Villepinte, l'UMP a affrété trois bus au départ de la mosquée Al-Islah de Montreuil, où les hommes et les femmes sont bien sagement montés chacun dans des véhicules différents. Qui s'étonnera du reste que des musulmans pratiquants soient conservateurs et qu'en tant que tels, ils adhèrent au parti conservateur français, c'est à dire à l'UMP? A chacun sa communauté de pensée.

19/03/2012

C'est celui qui le dit, qui l'est

Comme chacun s'en souvient, si le 18 avril 2002, Paul Voise, modeste retraité résidant dans les environs d'Orléans, a été agressé par deux crétins qui incendirent son pavillon, c'était de la faute à Lionel Jospin et aux socialistes qui encourageaient les voyous et autres délinquants par leur politique laxiste. Ce fut en tout cas le refrain entonné aussitôt par TF1, et ressassé pendant 72 heures par LCI, pour animer une campagne présidentielle réputée morne et perdue pour Jacques Chirac. 3 jours plus tard, la France apeurée par cette propagande imbécile, plaçait Le Pen au second tour. Et si aujourd'hui, à un mois du premier tour de l'élection présidentielle 2012, un tueur en série de militaires arabes, noirs et d'enfants juifs sévit dans le sud de la France, n'est-ce pas de la faute de Sarkozy, Guéant et consort dont les propos nauséabonds depuis des mois ont armé la main du tireur raciste? Alors, ça fait quoi, le petit Nicolas, d'être la cible d'un amalgame abject?

11/05/2011

Minima intellectuel et revenus électoraux

Laurent Wauquiez a une tête de bon élève et une mine d'enfant de choeur. A l'évidence, il n'est ni l'un, ni l'autre. Pourtant ministre des Affaires européennes, il s'était montré incapable l'autre semaine de dire le nombre d'Etats membres de l'Espace Schengen, en attribuant 17, comme l'Eurozone, au lieu des 25 que compte aujourd'hui en réalité cet espace de libre circulation, c'est à dire la plupart des Etats membres de l'UE (sauf le Royaume-Uni, l'Irlande et Chypre, ainsi que la Roumanie et la Bulgarie en instance d'être admises), augmentés de la Suisse, de la Norvège et de l'Islande (le Vatican et le Liechtenstein étant en négociation).

Intérêt général M. Wauquiez a pris sur le ton de l'ironie les plaisanteries qui ont accueilli sa bourde (il est vrai que Bourdin, son piégeur sur RMC, s'était piégé lui même en n'évoquant que 22 Etats...), sur le mode: "Je ne suis pas un technocrate, moi, mais un politique". J'ignorais que faire de la politique exigeait d'être ignorant des dossiers dont on a la charge et c'est sans doute pour achever de démontrer à quel point il ne connait rien à rien et qu'il en est fier que le "politique" M. Wauquiez a cru utile de répéter ce week-end les âneries qu'il avait dévoilé voilà un mois dans l'indifférence générale au Figaro concernant les minima sociaux.

Ainsi donc, mélangeant Revenu de solidarité active, Aide personnalisée au logement et autres Allocations familiales, au parent isolé, à l'adulte ou à l'enfant handicapé, M. Wauquiez a estimé qu'il fallait en limiter le montant à 75% du SMIC, afin d'éviter l'assistanat et d'inciter les gens à chercher du travail. Pour mieux les inciter encore, il recommande 5 heures mensuelles de travail d'intérêt général pour les allocataires. Or, en cumulant un RSA et une APL, on aboutit à un revenu inférieur de 660 euros à celui d'un Smicard, a opportunément rappelé sa collègue aux Affaires sociales, Roselyne Bachelot. Bien sûr, ce différentiel diminue, et peut même s'inverser, si on ajoute les allocations familiales dans leurs différents formes, mais, jusqu'à preuve du contraire, il n'y a aucune condition de ressources dans un sens ou dans l'autre pour ce type d'aide sociale et même quelqu'un gagnant 10 fois le SMIC a droit aux allocations familiales! Enfin, je doute que la multitude d'entreprises ou d'associations qui salarient, grâce aux contrats aidés, des personnes au chômage de longue durée, souvent d'ailleurs allocataires du RSA, pour des travaux ou des services sans qualification, apprécient d'être concurrencées par des travailleurs gratuits au nom de "l'intérêt général".

Stratégie de la tension Les "idées" de M. Wauquiez sont donc à ranger dans la catégorie "connerie" et c'est sans doute pourquoi l'UMP veut en faire une loi. Le seul cas de figure où son raisonnement tient la route, c'est si les deux membres d'un couple non déclaré touche chacun le RSA et l'APL ou si un allocataire du RSA travaille au noir. Mais il s'agit alors d'une fraude et personne n'a attendu l'UMP pour lutter contre les fraudes aux prestations sociales. Mais l'objectif de M. Wauquiez n'est pas de faire une loi utile. Il veut en fait gagner ses galons de bon petit Sarkozyste en recourant à la bonne vieille stratégie de la tension: "Je créé un problème qui n'existe pas et je le résous". Ca permet de ne pas parler des problèmes qui existent et qu'on ne résout pas.

Pour faire bonne mesure, M. Wauquiez raccroche son projet à la pièce maitresse de la stratégie de la tension déployée par Nicolas Sarkozy: l'immigration. Le terrain de l'immigration clandestine étant déjà bien occupé par son collègue Claude Guéant, Laurent Wauquiez s'en prend donc aux immigrés légaux qui ont un contrat de travail. Ces derniers ne devraient selon lui bénéficier de la protection sociale qu'au bout de 5 ans, même s'ils ont cotisé. Il cible particulièrement l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) avec une envolée vichyste sur le pauvre paysan qui toucherait moins qu'un immigré qui se gobergerait à Alger avec son minimum vieillesse. Or pour toucher l'APSA, il faut résider en France! Au demeurant un retraité de l'agriculture dont la pension serait inférieure à 8900 euros par an a droit, lui aussi, à l'APSA. M. Wauquiez est chef de file de la Droite sociale. Mais c'est comme pour l'Europe, il n'y connait rien en social. Il s'y connait beaucoup en revanche dans le dragage du Front national.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu