Avertir le modérateur

21/09/2011

Les restos du coeur otages d'une querelle d'Allemand?

Berlin nous fait-il une querelle d'Allemand en menaçant ainsi l'avenir des banques alimentaires à quelques mois de l'hiver? De fait le motif invoqué pour refuser de prolonger le financement du programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD) peut paraître sinon futile, du moins de mauvaise foi. "Je comprends très bien l'émotion mais juridiquement, ce n'est pas possible", s'est obstiné Robert Kloos, le secrétaire d'Etat allemand à l'Agriculture, un titre qui, outre Rhin, ne vaut pas maroquin, mais désigne un haut fonctionnaire, en l'occurrence chargé de remplacer le ministre en titre, lequel était peu pressé d'aller jouer les méchants hier lors d'une réunion ministérielle ultra-médiatisée à Bruxelles. On comprend sa gêne. Son pays, avec une demi-douzaine d'autres, a bloqué un accord soutenu par l'immense majorité des Vingt Sept, avec comme résultat une baisse drastique du PEAD dont le budget passerait en 2012 à 112 millions d'euros contre 480 millions cette année.

Politique volontariste Parmi les radins et autres mesquins en matière sociale, nul ne s'étonnera de compter le Royaume-Uni, la Tchéquie, voire les Pays-Bas. Plus surprenant dans ce cartel du non aux Restos du Coeur est de trouver le Danemark et la Suède, plutôt réputées pour leur politique sociale généreuse. La France, qui porte haut le drapeau de la solidarité avec les plus pauvres, a beau jeu de fustiger l'égoïsme allemand. En fait, nos voisins n'ont pas de leçons à recevoir. Chaque année, entre 10 et 15 SDF meurt dans les rues allemandes contre 3 à 400 en France (250 sur les 6 premiers mois de 2011). De part et d'autre du Rhin, le nombre des sans abris est cependant similaire, estimé à 400 000 La différence, tient à la politique volontariste menée par les pouvoirs publics, notamment la Deutsch Bahn, en matière d'hébergement d'urgence, et les Lander, en logement. Quant au financement des banques alimentaires, il est entièrement pris en charge par les associations caritatives, fortement aidées par les Eglises. Pourtant éligible, Berlin, pas plus que ses alliés de circonstances, hormis Prague, ne fait ainsi appel au PEAD alors que la France est une des premières bénéficiaires avec 72 millions d'euros.

C'est à la lumière de ces situations contrastées qu'il faut comprendre la position allemande pour qui l'argument juridique n'est nullement fallacieux mais bel et bien fondamental. Le PEAD, fruit d'un deal entre Coluche et Jacques Delors dans les années 80, repose en effet aujourd'hui selon l'Allemagne sur du sable légal. Conçu à l'époque où l'Europe verte croulait sous les stocks alimentaires d'invendus, le programme est désormais victime du succès des réformes successives de la PAC, laquelle a gagné en efficacité et ne génère plus guère de surplus. Du coup, pour honorer les attentes des banques alimentaires, le budget agricole doit acheter des produits de base sur le marché privé. Halte là, a dit la Cour européenne de justice saisie par Berlin: la PAC, c'est pour les agriculteurs. Ca allait bien quand il y avait des stocks à vider car ça évitait des frais de gestion, dit l'arrêt en substance, mais le budget agricole n'est pas un programme social et n'a pas à s'y substituer.

Modèle détricoté La Commission européenne, pour une fois consciente du ravage politique que cause cette polémique juridico-politique dans d'opinion publique de nombreux autres pays, a présenté un programme provisoire, reposant toujours sur la PAC, dans l'attente de transformer le PEAD en programme social avec la révision des politiques communes et du budget européen pour la période 2013-2020. C'est prendre le juriste allemand pour un sot! Pas plus qu'il n'est question d'admettre que le budget agricole finance un programme social, même provisoirement, il n'est pas davantage envisageable que l'UE se lance plus tard dans un tel programme au titre de la politique sociale. En effet, la politique sociale est subsidiaire parmi les compétences européennes, autrement dit quasi-nulle, sous pression britannique bien sûr, mais aussi parce que l'Allemagne et les pays scandinaves ont toujours refusé toute harmonisation dans ce domaine, par crainte de voir leur modèle détricoté par l'UE.

Une réunion de la dernière chance est programmée en octobre où la situation pourrait se débloquer si la Tchéquie devait finalement faire défection et rompre la minorité de blocage construite autour de l'Allemagne. Cette affaire n'en demeure pas moins emblématique de la construction européenne: comment traduire en action politique commune des traditions juridiques nationales si différentes? En délimitant clairement les compétences à exercer au plan européen et au plan national. L'Europe n'a pas à s'excuser de ne pas s'occuper des SDF. C'est un drame humain dont la prise en charge locale semble le meilleur échelon, de mon point de vue fédéraliste. Les résultats allemands comparés aux nôtres en matière de lutte contre la pauvreté témoignent d'ailleurs de cette évidence. C'est tout l'inverse de la politique économique et budgétaire qui au contraire gagnerait en efficacité à être menée au plan européen. Et j'espère que l'Allemagne fédérale saura bientôt l'admettre. 

23/06/2011

Irish connexion pour gros porteurs chinois

Il est des hommes qui aiment à se faire détester et Michael O'Leary, l'éruptif patron et fondateur de Ryanair, la plus célèbre compagnie à bas coûts d'Europe, en fait incontestablement partie. Dernière illustration du culot monstre dont faire preuve ce self made man irlandais: l'annonce au salon aéronautique du Bourget de la probable commande de 200 C 119, un nouveau gros porteur du chinois Comac, concurrent direct de l'Airbus A 320. M. O'Leary n'en est pas à sa première faute de goût, son comportement et ses méthodes donnant depuis des années au capitalisme anglo-saxon une de ses pires images. L'ascension de ce personnage controversé doit cependant beaucoup aux incohérences politiques de l'UE.

Véritable chantage Ryanair a en effet prospéré grâce à la libéralisation du transport aérien dans les années 90. Cette dernière partait d'une bonne intention. Grâce à la concurrence, les prix allaient baisser et les voyageurs profiter de l'avion, jusqu'alors hors d'atteinte pour bien des bourses. L'ex-Air Inter, filiale d'Air France, qui facturait très cher son Paris-Nice pour subventionner le vol Paris-Clermont-Ferrand nettement moins rentable, a du renoncer à ce système de péréquation pour aligner ses tarifs vers la Côte d'Azur sur ceux des nouveaux entrants. Et le même phénomène s'est répandu partout en Europe, contraignant les anciens monopoles à réduire la voilure et mettant aux abois des myriades de petits aéroports régionaux menacés de fermeture. L'occasion aurait pu être saisie pour lancer une vaste modernisation ferroviaire pour les moyennes distances, voire un programme de lignes à grande vitesse. Faute d'impulsion publique, le marché en a décidé autrement.

C'est tout le génie de Michael O'Leary que d'avoir fait miroiter de nouvelles perspectives de développement économique à ces aéroports en déshérence et donc aux collectivités publiques qui les ont financés, souvent du reste grâce au concours des Fonds structurels européens, . Et de fait ses avions décollent et atterrissent aujourd'hui sur 200 aéroports, amenant tourisme et affaires. Un trafic certes juteux, mais qui coûte cher aux gestionnaires d'infrastructures victimes d'un véritable chantage: "Soit vous m'offrez les frais d'aéroport, voire les investissements commerciaux, soit je ferme la liaison", explique crûment O'Leary dont l'appétit grandit à chaque renouvellement de contrat. On estime que Ryanair aurait ainsi perçu 660 millions d'euros de subventions, 35 millions rien qu'en France. Certains se rebiffent, comme l'aéroport de Pau qui a refusé le deal, perdant ainsi ses trois lignes. La plupart se résigne, à l'image de l'aéroport de Bergerac, qui a du débourser 2,3 millions tout en demandant une subvention de 500 000 euros à la région pour éviter la faillite. Les Toulousains voisins seront ravis d'apprendre que cette subvention permettra d'acheter des Comac chinois plutôt que des Airbus.

Failles de la législation Grâce à ce business model, chaque passager rapporte à Ryanair avant même qu'il ait payé son billet. Vous vous souvenez? Ces fameux billets à 1 euro pour une destination de rêve, mais oubliant de vous préciser qu'il faut encore payer les charges aéroportuaires et toute une série de frais dont Ryanair a le secret (facturation, réservation, bagage...) et qui sont pourtant pour la plupart offerts à Ryanair par les aéroports! Michael 0'Leary s'est aussi distingué en préconisant de faire payer l'accès aux toilettes ou encore d'instaurer un tarif double pour les handicapés ou les obèses. Il va sans dire que le moindre verre d'eau à bord est payant. Des provocations à vocation commerciale mais qui ont finalement contraint l'UE à légiférer pour obtenir au moins la transparence des tarifs et des frais encourus. 0'Leary adore d'ailleurs profiter des failles de la législation. Accusé de "dumping social" et trainé devant les tribunaux français car il payait ses salariés sur base d'un contrat de droit irlandais, il a ainsi préféré fermer en 2010 sa base commerciale et technique de Marseille et transférer ses 200 salariés, du moins ceux qui le pouvaient, vers Barcelone. Ce transfert de personnel s'est naturellement opéré en toute légalité.

Un homme a en effet veillé à Bruxelles pendant de nombreuses années à faire en sorte que le droit du travail n'entrave pas la libre circulation des travailleurs. Cet homme, c'est Charlie McCreevie, commissaire européen au marché intérieur sous la précédente Commission Barroso, après avoir été ministre de l'Economie irlandais, et inventeur du célèbre modèle économique dit du Tigre Celtique, aujourd'hui moribond, fait d'argent facile et de dumping social et fiscal. Mes lecteurs eurosceptiques ne s'étonneront pas dès lors d'apprendre que M. McCreevie, fort d'un avis positif du "comité d'éthique" de la Commission, ait été autorisé à entrer au Conseil d'administration de Ryanair. Les autres, comme moi même, en ont marre d'être pris pour des cons.

11/06/2011

Prohibition, piège à con

Chers lecteurs, je suis au regret d'arrêter ce blog, effrayé par la puissance de mes propres écrits. Le 28 novembre dernier, j'écrivais un post intitulé "herbe bleue contre économie grise" (ici) et voilà-t-il pas que la Global Commission on drug Policy, qui compte quand même du beau monde, comme l'ex-secrétaire général de l'ONU Kofi Annan et une pléthore d'anciens Présidents ou Premier ministres, pond un rapport reconnaissant la justesse de mon analyse: la prohibition des drogues a échoué et la légalisation sous contrôle public est la seule voie.

Impressionné par un tel succès médiatique, vous comprendrez bien que j'hésite à continuer à exprimer ainsi librement mes idées. On ne sait jamais: imaginons que d'autres de mes lubies, comme la création d'un Fonds monétaire européen ou l'envoi des déchets nucléaires sur la lune ne finissent par convaincre d'autres sommités. Je ne veux pas endosser tant de responsabilités et influencer la politique mondiale.

Mais rassurez vous, en tout cas ça me rassure, les choses vont rentrer dans l'ordre. Le responsable de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC), un dénommé Alun Jones, a remis l'église au milieu du village en expliquant que ce rapport, qu'elle a pourtant commandé, n'exprime pas la position officielle de l'ONU qui n'a pas participé à sa rédaction. J'avais déjà entendu cette semaine José Manuel Barroso expliquer que les propositions de son commissaire aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, en faveur d'euro-obligations, n'était pas non plus la position de la Commission européenne qu'il préside. Bref ma prise sur les affaires du monde demeure finalement limitée et tant qu'à parler dans le vide autant continuer à se répandre sur la toile.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu