Avertir le modérateur

20/02/2012

Quand le Borloo est tiré, il faut le boire jusqu'à la lie

Il n'aura pas fallu longtemps pour que se fissure la légende dorée de Petit Père du Peuple qu'était entrain de se forger Nicolas Sarkozy depuis sa déclaration de candidature. Sans doute par souci de porter le fer contre les corps intermédiaires incarnés pour l'occasion par le conseil d'administration de Veolia Environnement auquel l'Etat est entrain de forcer la main, Nicolas Sarkozy viendrait ainsi de décider de la nomination à la tête du plus gros employeur privé de France de Jean-Louis Borloo, dont la réputation n'est plus à faire en matière d'eau et de propreté. Mieux encore, ce recasage de luxe, non seulement permet au Président irréprochable de récompenser son ex-futur Premier ministre pour s'être retiré pitoyablement de la compétition électorale, mais lui sert en outre à dédommager son grand pote, Henri Proglio, le PDG d'EDF.

Ce dernier avait en effet prêté son concours à une récente opération socio-médiatique de style Lejaby, en l'occurrence le rachat par l'électricien semi-public de Photowatt, une entreprise iséroise de panneaux solaires au bord du dépôt de bilan. On cherchera en vain la logique industrielle dans ce tour de passe-passe puisque la politique du tout nucléaire d'EDF est justement à l'origine des déboires de la filière photo-voltaïque française. La seule logique qui guide M. Proglio était d'obtenir en échange de ce service rendu à la campagne électorale sarkozyste la peau du PDG actuel de Veolia Environnement, Antoine Frérot. Il s'agit de son ancien dauphin à l'époque où lui-même présidait le numéro un mondial de la distribution de l'eau et de la gestion des déchets mais dont il dit désormais pique de pendre pour d'obscures divergences de vue stratégique. M. Proglio ne s'est en fait jamais remis de ne pouvoir cumuler les présidences d'EDF et de Veolia, encore qu'il se soit surtout battu pour conserver une double rémunération. Il est vrai qu'Henri Proglio est l'homme des double casquettes, à la fois intime de Nicolas Sarkozy, dont il a été le convive au Fouquet's en 2007, et de Jean-Noël Guérini, le sulfureux président du conseil général des Bouches du Rhône, que la mise en examen pour corruption et divers délits du même acabit dans les marchés publics devrait pourtant inquiéter.

Bref, si nous avions un référendum sur le fait de savoir s'il est bien normal qu'à 2 mois des élections, un Président de la République nomme un affidé politique pour rendre service à un autre affidé, je ne doute guère de la réponse. Heureusement que ce soir tant l'Elysée que Borloo et EDF démentent de fond en comble cette affaire révélée ce matin par Les Echos et Libération. Ce sera donc par le plus grand des hasards, et nullement en raison de ces fuites impromptues, que Jean-Louis Borloo ne sera pas nommé président non exécutif de Veolia Environnement le 29 février prochain. Ce ne sera en revanche pas par hasard si, en cas décidément souhaitable d'alternance politique, M. Proglio est viré de la présidence d'EDF.

16/02/2012

France forte, mais Sarkozy faible

Nicolas Sarkozy a raté hier sa déclaration de candidature. Sur la forme, le Président sortant semblait littéralement ailleurs, se contentant de réciter les réponses à des questions convenues d'avance avec Laurence Ferrari, dont la connivence joviale était le seul relief de l'entretien. Quant au fond, il n'a rien dit de neuf par rapport à son interview fleuve au Figaro Magazine le week end dernier. Avec un tel départ en campagne, je vois mal comment il compte rebondir dans les intentions de vote.

Son pari est d'incarner le peuple face aux élites que représenterait François Hollande. C'est un peu fort de café de la part de quelqu'un qui choisit le journal de Serge Dassault pour exposer son programme et la chaine de Martin Bouygues pour présenter sa candidature, deux héritiers qui lui sont très proches et dont l'ancrage est plus au Fouquet's qu'au bar-tabac du coin. Son projet est d'instituer une République plébiscitaire, ce qui est conforme à sa filiation gaulliste, mais à mon sens ne répond pas aux besoins de la France où les corps intermédiaires, y compris le Parlement, sont déjà si faibles et mériteraient au contraire d'être renforcés et non contournés. On peut d'ailleurs s'interroger sur sa sincérité en la matière puisque la réforme constitutionnelle qu'il a fait voter en 2008 prévoyait le référendum d'initiative citoyenne mais les dispositions pratiques pour mettre en oeuvre ce nouveau droit n'ont jamais été adoptées par le gouvernement....

Les convictions à éclipse de Sarkozy sont d'ailleurs sa marque de fabrique depuis 5 ans. Et ces volte-face idéologiques sont précisément ce que lui reprochent ses électeurs déçus, selon les enquêtes d'opinion qualitatives. Les sondages nous diront d'ailleurs bientôt si en tenant ce même cap fluctuant, une idée chassant chaque jour la précédente, Nicolas Sarkozy pourra rebondir. J'espère au contraire que les Français se tourneront vers le seul candidat qui n'a pas varié dans ses analyses, ni ses choix, c'est à dire François Bayrou. François Bayrou que, tout à sa stratégie du clivage, Nicolas Sarkozy a délibérément ignoré, pour concentrer ses attaques directes contre François Hollande et subliminales contre sa compétitrice droitière Marine Le Pen. C'est probablement une erreur stratégique qui ne peut que conforter l'image apaisante et rassembleuse du Béarnais, adepte de l'Union nationale et non de l'affrontement partisan.

17/01/2012

Rendez nous la cagnotte!

Il est de bon ton, côté socialiste, de charger la barque sarkozyste pour expliquer la dégradation de la note française. De fait, les erreurs de politique économique et budgétaire ne manquent pas depuis le début du quinquennat, à commencer par l'entêtement du chef de l'Etat à récompenser les rentiers et à protéger les grosses fortunes. La tare originelle demeure l'inspiration même du Sarkozysme, qui ne jurait que par le modèle économique anglo-saxon, privilégiant la finance sur la production, et raillait nos besogneux de voisins allemands qui préféraient investir dans l'industrie. C'était l'époque où les visionnaires véreux de la fin du XXème siècle, tel l'ineffable Alain Minc, le grand pote de notre président, nous promettaient un avenir radieux sans usines.

Reste que l'endettement français ne date pas de 2007: plus aucun budget français n'est à équilibre depuis 1976. Dans la mesure où François Mitterrand a été président de 1981 à 1994 et Lionel Jospin Premier ministre de 1997 à 2002, il est assez difficile de nier la responsabilité socialiste. D'autant moins que le PS a laissé des traces écrites de sa gabegie. Portée par une activité mondiale soutenue, la France a connu au tournant du siècle une croissance forte, de l'ordre de 3,20% annuel pendant 5 ans de gouvernement "gauche plurielle". Tellement forte d'ailleurs que les rentrées fiscales avaient permis en 2000 d'accumuler des surplus budgétaires considérables, prés de 80 milliards de francs (plus de 11 milliards d'euros).

Elément tangible Laurent Fabius, qui était alors un homme respectable et d'ailleurs respecté comme ministre des Finances, avait un plan clair pour la préparation du budget 2001: consacrer l'essentiel de cette "cagnotte" inespérée au désendettement de la France. Sous la pression de Michel Sapin, un grand donneur de leçons hollandiste - et qui à l'époque était ministre de la Fonction publique - c'est exactement l'inverse qui a été tranché par Lionel Jospin: moins d'un milliard d'euros pour réduire les déficits et les 10 autres milliards pour augmenter le salaire des fonctionnaires. Je n'ai hélas aujourd'hui aucun élément tangible qui m'amène à penser que le PS agira différemment s'il revient au pouvoir. 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu