Avertir le modérateur

22/11/2011

Everybody Except Germany

 

Alors que la commission bipartisane du Congrès se montre toujours incapable de dégager un compromis permettant d'assainir les finances publiques américaines, plombées par plus de 14 000 milliards de dettes (100% du PIB outre-Atlantique), les Etats-Unis continuaient toujours hier d'emprunter sur 10 ans à 1,96%, à peine plus que l'Allemagne, à 1,92 et beaucoup moins que la France à 3,47. Pourtant Paris et Washington sont tous deux sous surveillance des agences de notation et la situation française, avec prés de 85% du PIB d'endettement, et un déficit courant moindre, est relativement meilleure.

 

Une des leçons à tirer est clairement que la notation sur dette souveraine n'a guère de sens. Du reste, nos amis néerlandais et finlandais, qui se targuent de toutes les vertus budgétaires, en font l'amère expérience ces jours ci, eux qui désormais sont aussi mal traités par les marchés que de vulgaires Français malgré un triple AAA garanti sur facture. Ce que regardent en fait les investisseurs, c'est la capacité de leurs débiteurs à les rembourser. Capacité politique, mais de ce point de vue le blocage institutionnel américain n'a rien à envier au nôtre, mais aussi et surtout capacité financière, et à cet égard, la différence est énorme de part et d'autre de l'Atlantique.

 

Culture de stabilité Si le US T-Note reste aussi bien côté et la pauvre OAT française si mal, c'est simplement parce qu'en cas de problème, le Trésor américain pourra toujours monétiser sa dette auprès de la Réserve fédérale tandis que l'Agence France Trésor n'aura que ses yeux pour pleurer auprès de la Banque centrale européenne dont ce n'est ni la vocation juridique, ni le désir à ce stade, d'acheter de la dette publique. Dans un cas les créanciers peuvent au moins compter sur un remboursement avec du dollar dévalué, dans l'autre sur quoi peuvent-ils compter: les promesses de plan de rigueur à répétition qui ne font qu'asphyxier l'économie?

 

La pression allemande en faveur d'une culture de stabilité a été une bonne chose tout au long de cette période. Il est évident, ne serait-ce qu'à la tonalité de la campagne présidentielle, que l'équilibre budgétaire est devenu une préoccupation politique largement partagée et comprise des Français. Cette ambiance vertueuse a permis de renforcer l'application du Pacte de stabilité, ce qui a d'ailleurs déjà valu un avertissement à la France pour son budget 2013.

 

Modifier l'article 123 Reste qu'il faut solder le passé grec, irlandais, portugais, peut être demain espagnol, puis italien, voire français, et la conception du Fonds européen de stabilité financière ne lui permet pas d'exercer cette mission. C'est ce doute que mettent en exergue les tensions obligataires généralisées à toute l'Eurozone sauf l'Allemagne. Et la seule manière d'éradiquer ce doute est d'inciter sans plus attendre la BCE à intervenir massivement sur le marché secondaire de la dette avant de modifier l'article 123 du Traité qui interdit explicitement à la BCE de prêter directement aux Etats membres ou à des Institutions de l'UE. Ca tombe bien: Berlin veut justement changer le Traité. Qu'on parle alors des vrais sujets.

 

Alors que la commission bipartisane du Congrès se montre toujours incapable de dégager un compromis permettant d'assainir les finances publiques américaines, plombées par plus de 14 000 milliards de dettes (100% du PIB outre-Atlantique), les Etats-Unis continuaient toujours hier d'emprunter sur 10 ans à 1,96%, à peine plus que l'Allemagne, à 1,92 et beaucoup moins que la France à 3,47. Pourtant Paris et Washington sont tous deux sous surveillance des agences de notation et la situation française, avec prés de 85% du PIB d'endettement, et un déficit courant moindre, est relativement meilleure.

 

Une des leçons à tirer est clairement que la notation sur dette souveraine n'a guère de sens. Du reste, nos amis néerlandais et finlandais, qui se targuent de toutes les vertus budgétaires, en font l'amère expérience ces jours ci, eux qui désormais sont aussi mal traités par les marchés que de vulgaires Français malgré un triple AAA garanti sur facture. Ce que regardent en fait les investisseurs, c'est la capacité de leurs débiteurs à les rembourser. Capacité politique, mais de ce point de vue le blocage institutionnel américain n'a rien à envier au nôtre, mais aussi et surtout capacité financière, et à cet égard, la différence est énorme de part et d'autre de l'Atlantique.

 

Culture de stabilité Si le US T-Note reste aussi bien côté et la pauvre OAT française si mal, c'est simplement parce qu'en cas de problème, le Trésor américain pourra toujours monétiser sa dette auprès de la Réserve fédérale tandis que l'Agence France Trésor n'aura que ses yeux pour pleurer auprès de la Banque centrale européenne dont ce n'est ni la vocation juridique, ni le désir à ce stade, d'acheter de la dette publique. Dans un cas les créanciers peuvent au moins compter sur un remboursement avec du dollar dévalué, dans l'autre sur quoi peuvent-ils compter: les promesses de plan de rigueur à répétition qui ne font qu'asphyxier l'économie?

 

La pression allemande en faveur d'une culture de stabilité a été une bonne chose tout au long de cette période. Il est évident, ne serait-ce qu'à la tonalité de la campagne présidentielle, que l'équilibre budgétaire est devenu une préoccupation politique largement partagée et comprise des Français. Cette ambiance vertueuse a permis de renforcer l'application du Pacte de stabilité, ce qui a d'ailleurs déjà valu un avertissement à la France pour son budget 2013.

 

Modifier l'article 123 Reste qu'il faut solder le passé grec, irlandais, portugais, peut être demain espagnol, puis italien, voire français, et la conception du Fonds européen de stabilité financière ne lui permet pas d'exercer cette mission. C'est ce doute que mettent en exergue les tensions obligataires généralisées à toute l'Eurozone sauf l'Allemagne. Et la seule manière d'éradiquer ce doute est d'inciter sans plus attendre la BCE à intervenir massivement sur le marché secondaire de la dette avant de modifier l'article 123 du Traité qui interdit explicitement à la BCE de prêter directement aux Etats membres ou à des Institutions de l'UE. Ca tombe bien: Berlin veut justement changer le Traité. Qu'on parle alors des vrais sujets.

  

07/11/2011

Courte épreuve de philosophie gréco-latine?

Considérant que toutes les forces raisonnables européennes, dont votre blogueur distingué, ont plaidé pour un gouvernement d'union nationale en Grèce, avec du reste un succès jusqu'à présent tout relatif, doit-on aujourd'hui souhaiter un gouvernement d'union nationale en Italie désormais que Silvio Berlusconi ne dispose plus de majorité parlementaire, sachant que l'organisation d'élections prendrait au moins 2 mois, pour autant que Le Cavaliere démissionne vite, et alors qu'un krach obligataire sur la dette souveraine transalpine pourrait être fatal à l'euro? 

Je suis content d'avoir posé la question et que ce soit à mes camarades du Partito Democratico et de Italia de Valorii d'avoir à y répondre.

01/11/2011

Et les Athéniens s’éteignirent

Je cherche en vain du sens à la décision de George Papandréou d’organiser un référendum fin janvier sur le plan d’aide à la Grèce dont le Sommet de l’Eurozone a convenu de haute lutte le 26 octobre. J’imagine mal en effet ses pairs débloquer comme prévu la semaine prochaine la dernière tranche d’aide du premier plan de 100 milliards et moins encore de continuer les préparatifs du second plan de 130 milliards attendu en décembre. Sans ce soutien budgétaire, son pays va se retrouver en quelques jours en rupture de paiement. Il s’agit donc d’un suicide économique mais aussi politique puisque l’Etat grec aux abois devra interrompre dans la foulée le versement des salaires de la fonction publique et des pensions.

M. Papandreou mise-t-il sur ce chaos annoncé pour convaincre la population que la situation serait pire sans l’appartenance à l’euro ? Tous ses partenaires et ce qui reste d’amis à la Grèce aimeraient effectivement que les Grecs admettent que ce n’est pas l’UE avec ses dizaines de milliards de prêts et la remise de la moitié de leur dette qui est à l’origine de leur malheur, mais bien eux mêmes qui en sont les premiers responsables. Mais c’est un pari fou que tente le Premier ministre alors que la population est minée par le ressentiment et travaillée par des forces populistes extrêmes, nonobstant le plus grave : le refus d’union nationale de la part de Neo Demokratia, l’opposition de droite parlementaire, dont la proposition d’organiser des élections anticipées, plutôt qu’un référendum, n’est guère plus crédible. Car référendum ou élections, c’est du temps que réclame encore la Grèce alors que le seul temps venu est celui de mettre en œuvre les décisions prises. Comment George Papandréou ou Antonis Samaras peuvent-il penser gagner 8 à 12 semaines sans provoquer un séisme financier international ? 

Contrôle étranger Reste que dans cette affaire, nous payons aussi le prix de l’absence de gouvernance fédérale de l’Eurozone. Il n’est pas logique que les manifestants grecs et leurs thuriféraires français de Le Pen à Mélenchon en passant par Montebourg -  contestent un contrôle étranger sur le budget d’Athènes dès lors  qu’il est sous perfusion européenne. En revanche, il n’est pas cohérent que ce soit des experts nationaux, en clair des fonctionnaires du ministère allemand des Finances, qui procèdent à cette inquisition fiscale. Ce devrait être exclusivement des fonctionnaires de la Commission européenne, qui compte un commissaire grec, et dont les membres viennent rendre compte devant le Parlement européen, certes dominé par les députés allemand mais où du moins siègent aussi des députés hellènes. Ce qui n’est pas le cas au Bundestag qui aujourd’hui seul décide en vertu d’un système intergouvernemental ou le plus fort commande. Au demeurant, dans une Europe fédérale, l’Eurozone disposerait d’un budget fédéral qui aurait depuis longtemps éponger la dette grecque, notamment grâce au soutien de la BCE, ce qui n’aurait pas épargné une rigueur de longue durée mais au moins éviter la contagion à toute l’Europe et au monde.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu