Avertir le modérateur

07/11/2011

Courte épreuve de philosophie gréco-latine?

Considérant que toutes les forces raisonnables européennes, dont votre blogueur distingué, ont plaidé pour un gouvernement d'union nationale en Grèce, avec du reste un succès jusqu'à présent tout relatif, doit-on aujourd'hui souhaiter un gouvernement d'union nationale en Italie désormais que Silvio Berlusconi ne dispose plus de majorité parlementaire, sachant que l'organisation d'élections prendrait au moins 2 mois, pour autant que Le Cavaliere démissionne vite, et alors qu'un krach obligataire sur la dette souveraine transalpine pourrait être fatal à l'euro? 

Je suis content d'avoir posé la question et que ce soit à mes camarades du Partito Democratico et de Italia de Valorii d'avoir à y répondre.

Commentaires

Il est possible dans une démocratie parlementaire comme l'Italie de nommer un nouveau gouvernement d'union nationale sans passer par des élections, non ?

Écrit par : TyrandO | 08/11/2011

Certes. Mais la question est de savoir s'il y a une capacité d'accord entre la gauche, le centre et la Ligue du Nord, cette dernière étant incontournable et le principal obstacle à l'adoption du plan de rigueur de Berslusconi

Écrit par : Yannick Laude | 08/11/2011

Pour destituer le chef d'un gouvernement européen, plus besoin de BHL ou de l'Otan, les marchés s'en chargent:-D
Ceci dit, si Berlusconi part, les dettes, elles, resteront.

Écrit par : Léa | 08/11/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu