Avertir le modérateur

15/03/2011

Atomkraft, nein Danke

Ainsi donc la catastrophe nucléaire japonaise condamnerait l'énergie atomique partout sur la planète, en tout cas en Europe. C'est en tout cas ce que réclament les Verts, lesquels, sous leur version Grünen, sont parvenus à mobiliser hier plus de 100 000 personnes pour manifester en faveur de l'abandon de cette filière outre-Rhin. Un moratoire a d'ores et déjà été décrété par Angela Merkel et nul doute que Berlin portera ce débat au niveau européen. L'émotion irrationnelle qui tétanise l'opinion allemande depuis 48h, et qui ne va aller qu'en s'emballant au fur et à mesure que l'ampleur de l'irradiation se fera connaître au Japon, ne m'empêcheront pas de rappeler deux faits simples.

Sur le plan technique, et sous réserve des tests de résistance décidés aujourd'hui par l'UE, il est absurde de comparer le risque sismique au Japon et en Europe, à l'exception notable de la Grèce, de la Bulgarie et de l'Italie, et, au vu de ce qu'ont subi les enceintes de confinement de Fukushima avant de se fissurer j'ai même de grands doutes sur le danger que représenterait le lâcher terroriste d'un avion sur une centrale nucléaire et ses emballages successifs de bétons et d'acier, et a fortiori un simple attentat kamikaze, menaces souvent évoqués par les Grands Inquisiteurs de l'atome. Sur le plan économique, et c'est la grande question qui dominera sans doute le débat public qui va maintenant s'ouvrir, l'énergie nucléaire représente 30% en moyenne de la consommation d'électricité en Europe (et 80% en France qui exporte vers la si vertueuse Allemagne...) et le démantèlement de la filière, obligerait, soit à accroître  notre dépendance en énergies fossiles rares et chères, soit à miser sur 50% de renouvelables dans les 15 ans alors que nous sommes déjà à la peine pour remplir notre objectif de 20% en 2020, y compris outre-Rhin.

Grand corps malade Avec cette nouvelle croisade en faveur d'un monde meilleur et plus pépère, l'Allemagne confirme son inexorable désir de devenir une sorte de grande Suisse, un pays replié sur ses petites affaires de petits bourgeois enrichis, à l'abri de la rigueur des temps et des rumeurs du monde. C'est déjà sa tentation avec l'euro et sa formidable inertie à consentir un mécanisme de solidarité avec ses partenaires surendettés. C'est une triste évidence avec sa diplomatie hypocrite consistant à condamner Kadhafi tout en empêchant la France et le Royaume-Uni d'agir, comme aujourd'hui encore au G8. C'est une caricature d'helvète quand elle refuse d'aborder la question d'un éventuel flux migratoire depuis l'Afrique du Nord en ébullition alors que ce pays vieillissant est le plus concerné d'Europe par le tarissement de la main d'oeuvre. En passant, refusera-t-elle aussi l'asile aux éventuels réfugiés environnementaux japonais? Ou peut être seulement à ceux qui auront un certificat de non-irradiés....Décidemment, l'Allemagne, qui a tant fait pendant tant d'années pour apparaître comme le partenaire le plus responsable politiquement et financièrement  au sein de l'UE, est devenue un grand corps malade de sa réussite.

Commentaires

Visiblement, le lavage de cerveau du lobby nucléaire a produit les effets escomptés en France, la poubelle nucléaire de l'Europe. Je vous invite à consulter les statistiques sur le taux de leucémie dans la région de la Hague. Pour le reste, l'économie allemande est extrêmement dynamique et l'économie investit massivement dans les énergies renouvelables. Rien à voir avec la France qui reste arc-boutée sur un modèle nucléaire désormais dépassé. La vie nocturne parisienne, ville de vieux, est nullissime par rapport a celle des grandes métropoles (Hambourg, Berlin, Francfort, etc) En terme d'immigration et d'intégration, la France et ses ghettos urbains est le contre-modèle par excellence et les Allemands sont sidérés par l'imbécilité de la politique française en terme de logement et d'urbanisme. Bref, "la grande Suisse", c'est bien la France, pays en plein déclin qui s'enfonce dans la médiocrité économique, la peur du monde extérieur et la xénophobie quand l'Allemagne s'adapte avec brio à la mondialisation.

Écrit par : Léa | 16/03/2011

@ Léa: Notre communion de pensée est à géométrie variable. Vous êtes en strict et frontal désaccord avec moi sur ce billet. C'est la vie. En revanche, je vois qu'il vous arrive, comme moi souvent et vous m'en faites le reproche, de ne guère aimer notre pays ;-))
PS: je n'ai subi aucun lavage de cerveau. Simplement je constate que l'énergie renouvelable n'est concrètement pas en mesure de nous donner à moyen terme de l'électricité à bas coût L'Allemagne est encore loin elle aussi de son objectif en renouvelable et ne nous a dépassé que depuis peu.

Écrit par : yannicklaude | 16/03/2011

@ Yannick Laude

Mais ce n'est pas de moi!!! C'est une USURPATION d'identité et je vous demande d'enlever mon prénom de l'autre post! Regardez email, vous allez en être persuadé!

Sinon, je suis d'accord avec vous à 100% : les Verts s'opposent au charbon, pétrole, gaz naturel, et bien sûr l'énergie nucléaire. Ce sont eux qui ont poussé certaines populations à la famine à cause du méthanol!
Certes, il convient de rester vigilants et bien surveiller nos centrales, mais jouer sur les peurs et réclamer un référendum sur le nucléaire est tout simplement indécent!! Pourquoi pas un référendum sur la peine de mort, tant qu'ils y sont!!
Ils sont sortis comme des cafards en surfant sur les peurs irrationnelles: comment peut-on comparer nos centrales avec celles du Japon implantées sur des plaques sismiques?!

Écrit par : Léa | 16/03/2011

bonjour
Je n'irai pas à dire que l'Allemagne est devenue un pays refermé sur sa réussite , mais il n'empêche que c'est devenu un pays de "vieux" et donc qui a "peur" de beaucoup de choses. Et Lea, si on fait plus la fête à Berlin qu'à Paris c'est sans doute parce que la réussite economique y est plus avantageuse qu'en France , et non pas parce qu'il y a plus de jenues....mais par pitié n'en tirons pas de conclusion sur la politique energétique d'un pays par rapport à l'autre.
Ceci étant dit il n'est absurde d'imaginer en France une politique energétique un peu moins basée sur le nucléaire , qui n'en présente pas moins un risque (le risque zéro n'existe pas) et ce d'autant que les centrales sont vieilles et qu'il faudrait démanteler le plus anciennes ! AInsi nous pourrions envisager de remplacer ce type d'energie pas plus de solaire et d'éolien ... c'est très joli les moulins à vent !!!

Écrit par : guillaume | 16/03/2011

Les centrales ne sont peut-être pas comparables entre elles mais les discours les défendant le sont, avant l'accident de Tchernobyl, le discours officiel disait "cette centrale ne présente aucun danger", avant Fukushima "les centrales japonaises sont les plus sures du monde". Alors oui les défenseurs de l'atome pourront dire des centrales françaises qu'elles n'ont rien à voir avec les centrales japonaises et russes jusqu'au prochain accident imprévisible. Personnellement je ne peux plus croire un seul discours rassurant sur le nucléaire et préfère vivre le risque de manquer d'électricité que de crever irradiée.

Écrit par : Kristine | 18/03/2011

Merci, merci, MERCI de ne pas être aussi con que la plupart des gens !

Écrit par : QuarkZarbi | 24/03/2011

Il n'est jamais demandé une sortie du nucléaire sous 15 ans (rapport au "miser sur 50% de renouvelables dans les 15 ans alors que nous sommes déjà à la peine pour remplir notre objectif de 20% en 2020"). Cela fait déjà 16 ans qu'on essaie de démanteler le réacteur de Brennilis en Bretagne, et on n'a rasé à ce jour que les bâtiments annexes... Le réacteur nargue les ingénieurs qui l'ont conçu!!! ( http://www.citylop.com/areva-ou-la-propagande-pour-temps-de-cerveau-disponible/ )
Sortir du nucléaire sera une très longue entreprise. D'autres défis seront à relever. Cela prendra au moins 30 ans (chiffre couramment cité), certainement bien plus que ça!
Mais face aux risques (il n'y a pas que le risque sismique, lors de la canicule, il a fallu sortir des lances de pompiers pour refroidir des réacteurs....) Aussi faibles que soient les probabilités, un accident finit toujours par arriver. Lès lors, la problématique dépasse largement les frontières d'un pays, un nuage radioactif, ça se promène en toute liberté... Sans parler de ces déchets pour lesquels la science des années 60 nous promettait de trouver une solution.
Le constat est simple.... Les français, comme l'ensemble des peuples du monde, devraient avoir le droit de se positionner sur leurs choix énergétiques. Refuser cela aux peuples ne signe qu'un acte politique anti démocratique commandité par des lobbies industriels.
Quant à contrer cette éventualité par un simple "il n'y a pas d'alternative au nucléaire", c'est faire preuve d'une terrible mauvaise foi, puisque la question est justement de prendre le temps de développer ces alternatives, et générer la transition...
Just do it, et RDV dans 30 ans!

Écrit par : yazan | 28/03/2011

Les concombres ayant fait plus de morts en Allemagne que l'énergie nucléaire, je propose ce nouveau slogan aux écologistes: Gurke? Nein Danke!
Ironie de l'histoire: le concombre est parmi les légumes le plus... vert!

Écrit par : Christian Collet | 31/05/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu