Avertir le modérateur

12/03/2011

Japon maudit

Pas de chance pour les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne réunis ce vendredi en Conseil européen à Bruxelles. Pour une fois que les Vingt Sept prenaient de vrais décisions, à chaud, sur une crise internationale, en l'occurrence la guerre féroce menée par Kadhafi contre son propre peuple, voilà que l'Empire du Soleil Levant provoque un tsunami médiatique qui a totalement détourné l'attention de leurs travaux fructueux. En général les dirigeants européens aiment pourtant bien ce type de catastrophe, qui leur permet d'afficher leur solidarité et de sortir leur chéquier. Mais les fourbes nippons ne sont pas de pauvres ères haïtiens ou somaliens et non nul besoin de notre aide, ajoutant le mépris au sabotage.

En début de Sommet, hier matin, rien n'était pourtant gagné et la ligne minimaliste affichée cette semaine à Strasbourg par Catherine Ashton semblait l'emporter à la mi-journée : pas question de reconnaître  le Conseil national transitoire (CNT) comme le demandaient la France et le Royaume-Uni - et du reste des émissaires de Kadhafi étaient venus plaider sa cause la veille à Lisbonne, Athènes et La Valette - ; pas question d'évoquer la moindre option militaire tant que l'ONU ne se serait pas prononcé - alors que la Russie et la Chine ont
déjà fait part de leur hostilité à l'idée d'un quadrillage du ciel libyen -; un moment même il semblait ne pas être question d'assurer la Libye un jour libérée, mais aussi la Tunisie et l'Egypte, d'un soutien économique et commercial renforcé.

Stupeur et tremblementLe ton avait été donné par Angela Merkel dès son arrivée, accusant à mot couvert Nicolas Sarkozy et David Cameron de vouloir forcer la main des Européens, après avoir reconnu eux mêmes la légitimité du CNT et défendu des frappes aériennes ciblées. La Bulgarie assurait qu'il était exclu de reconnaître le CNT car y siégeait l'ancien ministre de la Justice de Kadhafi, une bête noire à Sofia car il s'agit de celui qui avait décrété la peine de mort contre les fameuses infirmières bulgares, finalement libérées en 2007 sur intervention de la France. Quant à l'Allemagne, que son engagement en Afghanistan taraude et qui siège actuellement au Conseil de sécurité de l'ONU, elle laissait entendre qu'elle pourrait s'opposer à toute option militaire. Changement ce cap soudain en milieu d'après midi avec un signe qui ne trompait pas: alors que le Président du Conseil, Herman Van Rompuy, faisait savoir en début de Sommet que c'est un collaborateur, et non lui même, qui recevrait les envoyés du gouvernement provisoire de la ville insurgée et capitale de la Révolution, Benghazi, il confessait finalement les avoir personnellement rencontrés et même de les avoir trouvés très fréquentables. En définitive, les Vingt Sept se sont accordés à considérer le CNT comme des « interlocuteurs politiques » et ont ouvert la voie à un contournement de l'ONU pour une éventuelle décision de recours à la force, laquelle pourrait être décidée avec un « clair mandat juridique et le soutien régional ». Comme dans le même temps on apprenait la prochaine tenue d'un Sommet tripartite Union européenne, Union africaine et Ligue arabe, chacun a compris que cette validation régionale suffirait à couvrir légalement tout acte de guerre, sans besoin du blanc-seing onusien, d'autant que l'Egypte aurait déjà proposé les services de son aviation à la Ligue arabe qui se réunit aujourd'hui. Bref, l'UE s'est montrée relativement responsable et seul la stupeur et le tremblement dans la région de Tokyo aura empêché le monde de le savoir.

Commentaires

"En général les dirigeants européens aiment pourtant bien ce type de catastrophe, qui leur permet d'afficher leur solidarité et de sortir leur chéquier. Mais les fourbes nippons ne sont pas de pauvres ères haïtiens ou somaliens et non nul besoin de notre aide, ajoutant le mépris au sabotage."

Vu le drame que le Japon vit actuellement, j'espère qu'aujourd'hui vous regrettez cette phrase...
Bizarre ce Conseil national transitoire avec à sa tête l'ex ministre de Justice. Ce n'est pas lui qui mettait des opposants lybiens en taule ?

Écrit par : Léa | 14/03/2011

@ Léa: Je suis très inquiet: nous sommes en communion de pensées! Effectivement j'ai regretté tout le week-end ce bon mot qui m'a fait un titre, ainsi que l'ironie du ton. J'allais donc écrire un billet d'excuse cet aprés midi mais vous me donnez l'occasion d'anticiper. L'ampleur de la catastrophe n'était pas si claire lorsque j'avais écrit vendredi aprés midi et je n'imaginais surtout pas qu'un cataclysme nucléaire pourrait menacer. Ce n'est pas une excuse pour autant et je me sens bien penaud d'avoir plaisanté à ce point sur le malheur du Japon. Quant à la Libye, oui, je ne doute qu'il ya ait d'affreux personnages au sein du CNT mais il faut bien des interlocuteurs politiques en attendant la fin de la guerre civile. Il n'y avait pas que des anges chez les gaullistes, et même pleins d'opportunistes au passé vichyste. De toute manière, je crois qu'il est trop tard et que bientôt nous devrons négocier avec Kadhafi...

Écrit par : yannicklaude | 14/03/2011

@ Yannick Laude

Pourquoi inquiet ? Me considérez vous pestiférée ou quoi ?! Vous ne vous doutiez pas de l'ampleur du tsunami ? pas moi, les images laissaient prévoir le pire...
Disons que ce fameux ministre de justice est un interlocuteur aussi indispensable pour la communauté européenne que Hashim Thaci ... Il y a des valeurs qui se perdent dans notre belle Europe, n'est-il pas ?
Quant à Kadhafi, il a déjà trouvé des remplaçants chinois, russes et indiens pour exploiter du pétrole en Libye, après le départ de la majorité des compagnies étrangères.

Écrit par : Léa | 15/03/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu