Avertir le modérateur

09/03/2011

Lady Ashton est une menace pour la crédibilité européenne

On savait Lady Ashton incompétente depuis sa nomination en novembre 2009 comme Haute Représentante de l'Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité commune. On a découvert hier lors d'un débat crucial au Parlement européen à Strasbourg sur la situation en Libye que ses capacités intellectuelles non seulement confinent à la bêtise mais de surcroît  représentent un danger pour la crédibilité européenne sur la scène mondiale.

Reconnaissance du gouvernement transitoire libyen A l'initiative de Guy Verhofstadt, président de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, le Parlement a en effet eu la chance cette semaine - et même l'honneur au regard de la qualité de leurs interventions -, de recevoir deux membres éminents du Conseil national de transition (CNT), le gouvernement provisoire de l'opposition libyenne, Mahmoud Gebril Elwarfally, Président du Comité de crise et Ali Al-Issawi, en charge des relations extérieures. Leur message a été clair: ils attendent de l'UE la reconnaissance du CNT comme seule autorité légitime libyenne, une aide humanitaire décuplée pour faire face à la pénurie alimentaire et aux risques sanitaires qui frappent la population civile et les réfugiés aux frontières égyptienne et tunisienne et enfin une initiative européenne à l'ONU pour instaurer une zone d'exclusion aérienne, c'est à dire un quadrillage militaire dissuadant les vols de la chasse fidèle à Kadhafi qui bombarde les villes libérées par les insurgés. Ces demandes sont reprises dans une résolution qui devrait être adoptée à une très large majorité demain jeudi par la session plénière.

Dans la grande tradition libérale, l'ADLE n'a pas essayé de tirer la couverture médiatico-politique à lui. Nous avons ouvert mardi notre réunion de groupe à tous ceux qui souhaitaient entendre MM. Gebril Elwarfally et Al-Issawi, lesquels ont tenu mercredi une conférence de presse, après avoir assisté, à la tribune consulaire, au débat sur la situation dans leur pays. Guy Verhofstadt les a présentés à Catherine Asthon, qui venait d'envoyer une mission en Libye, mission dont on se demande l'intérêt puisqu'elle a délibérément évité de rencontrer tout opposant au régime Kadhafi. Mme Ashton a très mal pris l'initiative ADLE. Son porte-parole s'est même emporté devant la presse,  traitant les représentants du CNT de "clowns ne représentant qu'eux-mêmes". Nonobstant le fait que la France, la première et je lui en suis gré, a salué la création  du CNT, ce comportement infantile était déjà choquant. Mais plus choquant encore a été d'entendre, à la fin du débat parlementaire, Mme Ashton refuser, malgré l'insistance de tous les groupes parlementaires, de s'engager à défendre ce vendredi lors du Conseil européen la reconnaissance du CNT comme seul gouvernement libyen. Pire: de sources concordantes, elle s'apprêterait à rencontrer un émissaire de Kadhafi à Lisbonne demain.

Censure Nous verrons vendredi, lors du Conseil européen, quelle attitude l'UE choisira en définitive à l'égard du CNT. Tout indique que les demandes de leurs représentants seront prises en compte par les chefs d'Etat et de gouvernement même si des problèmes juridiques subsistent à cet égard. La graduation de ces problèmes sera d'ailleurs tout l'enjeu du Sommet. Reste qu'entretemps, Mme Ashton aura semé le doute sur la politique étrangère de l'UE alors qu'elle avait une occasion inespérée d'incarner enfin la voix de l'Europe portée par le Parlement qui représente les peuples européens. J'ignore ses motivations profondes. Ses liens avec l'industrie pétrolière, déjà dénoncée sur ce blog, font sûrement partie de sa réflexion, si ce mot peut toutefois être utilisé dans son cas. Ce dont je suis persuadé en revanche, c'est que ses jours à la tête de la diplomatie européenne sont désormais comptés. Elle relève certes du Conseil. Mais elle est aussi vice-Présidente de la Commission européenne. Or le Parlement a le droit de censure sur la Commission. Un droit de censure sur lequel beaucoup de parlementaires réfléchissent d'ores et déjà.

Commentaires

Jour après jour, je ne cesse de vibrer à l'énoncé des villes libérées en Libye par leur propre peuple.
Mais force est de constater que la lutte est inégale.
Malgré leur héroïsme, les combattants se réclamant du CNT (je préfère cette expression plutôt que celle de "rebelles ou "insurgés", car elle suggère la nouvelle légitimité) sont soumis à un déluge de fer et et de feu. C'est pourquoi il est indispensable que cette "no fly zone" face l'objet d'une résolution internationale.
Mais, au niveau de l'ONU, les russes et les chinois ne sont pas d'accord. Alors, si la ligue arabe n'est pas contre, on doit pouvoir se passer l'accord russo-chinois.
Sinon, Kadhafi va continuer à bombarder son peuple et mentir (al-qaida, etc).
Je propose de se retrouver sur Linkedin.

Écrit par : MONNOT | 10/03/2011

Stupide car elle n'est pas d'accord avec votre point de vue ou parce-que c'est une femme anglophone?

Écrit par : Ally G | 14/03/2011

@ MONNOT, auquel je réponds avec retard et consternation. Depuis ce post, le Conseil européen a été dans le bon sens, mais trop tard sans doute au vu des évènements en Libye. Vraiment, comme vous le soulignez, la lutte est inégale.

@ Ally G: Stupide objectivement, non? Que la vice-présidente de la Commission refuse d'écouter le Parlement qui l'a désigné et se trouve contredite d'ailleurs le lendemain par le Conseil européen prouve son manque de jugeotte, au demeurant bien connu.

Écrit par : yannicklaude | 14/03/2011

Vous semblez oublier, Monsieur, et cela me suprend à la lecture de nombre d'autres posts vous reconnaissant pro-européen - je pense même fédéraliste - que la voie de la France n'engage qu'elle meme. Et que si la "diplomatie" européenne est bien une farce (le sichuan en chine, pas plus que le minnesota aux usa n'ont de mot à dire sur la politique extérieure de chaque pays), sa voix peut, dans le cadre dans lequel elle s'inscrit (plusieurs niveaux diplomatiques pour une europe qui ne veut décidément pas d'un fédéralisne des politiques extérieures, à mon grand regret) peut proposer une voix discordante à celle d'un état, quand bien même l'appareil diplomatique de ce dernier lui est bien supérieur.

Écrit par : f.m. | 26/11/2011

@ F.M.: Cher Monsieur, si vous allez lu le post, je ne reproche pas d'abord à Lady Ashton de ne pas avoir suivi la France mais surtout et avant tout de ne pas avoir suivi la position ultra-majoritaire du Parlement européen! Et nonobstant toute sorte d'autres défauts cumulés par cette dame, ce refus par la Haute représentante de relayer au Conseil européenne une résolution parlementaire, alors même qu'elle n'avait aucune propositon alternative, ne me semble pas une position soutenale, y compris d'un point de vue fédéraliste.

Écrit par : Yannick Laude | 28/11/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu