Avertir le modérateur

03/01/2011

Des 35 heures, faisons table rase!

Ce début d'année étant placé sous le signe de l'indignation, en hommage à Stéphane Hessel et à son revigorant opuscule à succès, "Indignez-vous!", je n'allais pas laissé passer l'occasion pour ce billet de rentrée de remettre Benoit Hamon dans "le droit chemin", cette attitude rectiligne étant ce que le porte-parole du PS a réclamé lui-même ce matin à Manuel Valls, député-maire d'Evry, après que ce dernier eut oser la veille appeler la gauche à "déverrouiller" le débat sur les 35 heures. Certes on peut suspecter le candidat aux primaires socialistes de jouer un jeu tactique, en s'en prenant à la loi emblématique portée à l'époque par l'actuelle Première secrétaire, Martine Aubry. Reste que contrairement à ce qu'affirme Benoit Hamon, Manuel Valls n'a pas eu par ses propos une "mauvaise intuition politique", mais au contraire posé un vrai problème avant que la campagne présidentielle ne s'en empare nécessairement.

En effet, les 35 heures ne sont pas vécues par tous, loin de là, comme un progrès social. D'abord, cette disposition a grandement contribué à geler l'évolution salariale pour les catégories ouvriers/employés, ce qui devient la principale revendication dans nombre d'entreprises et explique la soif d'heures supplémentaires. Ensuite si toutes les entreprises sont tenues de respecter la durée légale du travail à 35 heures, le personnel travaillant dans celles employant moins de 20 salariés n'a en revanche pas droit aux fameux RTT. Je rappelle que cela concerne 30% des salariés français, souvent dans les secteurs pénibles du transport et du bâtiment, qui subissent ainsi une double peine: les bas salaires et l'absence de repos compensateur. Enfin les 35 heures coûtent chaque année prés de 25 milliards d'euros en allègement de charge, ce qui constitue une part substantielle des 92 milliards de déficits budgétaires courant escomptés en  2011. Le tout pour un résultat mitigé en termes de création ou de maintien d'emplois, selon la dernière enquête de l'Insee.

Dominique Strauss-Kahn, l'inspirateur Il faut en outre avoir la mauvaise foi d'un Benoit Hamon chevillée au corps pour considérer que critiquer les 35 heures reflèterait "une méconnaissance de la réalité de l'organisation du travail aujourd'hui". Le travail est en effet indéniablement désorganisé par les 35 heures, l'exemple récent le plus flagrant étant cette triste épopée vécue le 27 décembre par les 600 passagers du train Strasbourg-Nice, lequel, entre autres avanies, a du subir un changement de conducteur en cours de route, celui ayant embarqué au départ ayant déjà accompli son temps de travail! Alors oui, j'estime avec Manuel Valls qu'il est temps de "déverrouiller" le débat sur les 35 heures. En attendant d'entendre les propositions de Dominique Strauss-Kahn, lui qui en fut le véritable inspirateur auprès de Lionel Jospin, dont la ministre du Travail de l'époque, Martine Aubry, n'était guère enthousiaste au départ.

Commentaires

"Martine Aubry, n'était guère enthousiaste au départ."

Si elle n'était pas enthousiaste avant, elle devrait être carrément hostile aujourd'hui, vu des milliards que cela nous coûte... je ne comprends pas pour quelle raison vous la défendez ?
Manuel Valls et DSK sont les seuls socialistes présidentiables valables, car ils ne sont pas dogmatiques ni rigides comme les autres.

Et juste 1 remarque: votre exemple du train n'est pas trop valable: c'est le DRH qui en porte la responsabilité, il a mal organisé la relève. Dans une entreprise privée ceci serait impossible.

Écrit par : Léa | 04/01/2011

@ Lea: Etais-je désinvolte pour ce premier post de 2011? Non, à la relecture, je suis clair en mon soutien à Valls et à mon hostilité à Hamon. Quant aux faits - à l'époque, chère Léa j'étais journaliste et avais mes sources, depuis du reste publiquement révélées -, ils sont là: Aubry n'était pas favorable aux 35 heures et c'est DSK qui a emporté la décision. Enfin concernant votre remarque, elle recoupe un autre de mes dadas comme vous le savez: j'ai peu de considération pour l'organisation du travail dans le secteur public et pour désormais y travailler, cette opinion n'a été que renforcée. Mais je n'en baisse pas les bras pour autant et je suis content de voir à travers des collègues comme Aurélie Boullet, alias Zoé Shepard, qu'il existe beaucoup de fonctionnaires conscients des pertes d'efficacité que cela entraine aux frais de tous.

Écrit par : Yannick Laude | 04/01/2011

@ Yannick Laude

Certes, DSK a voulu les 35 heures mais qu'est ce qu'il vous dit qu'aujourd'hui il n'aurait pas demandé de les supprimer ? Il a changé d'avis à propos de l'âge de la retraite pendant que Mme Aubry défilait dans des manifs contre la reforme des retraites. D'ailleurs, si elle était cohérente, elle ne se présenterait pas à la présidentielle de 2012, car trop vieille.
Son père, Jacques Delors, pas seulement qu'il a œuvré dans la construction de cette UE-là qui nous ne protège pas, mais en plus, n'a pas eu l'élégance d'avoir une panne d'érection:-D
En politique, il y a des sagas familiales (Delors, le Pen) qui ne devraient pas exister, vous ne pensez pas ?

Écrit par : Léa | 05/01/2011

Bonjour,

Voila un sondage que j'ai créé, qui pose clairement la question des 35 heures:

http://www.actualite-sondages.fr/politique/etes-vous-pour-la-remise-en-cause-des-35-heures?controller=polls

Écrit par : Yoni | 06/01/2011

C'est difficiles à trouver bien informée personnes A propos sujet , mais vous sembler vous savez ce que vous parlez! Merci

Écrit par : Trang | 10/07/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu