Avertir le modérateur

21/12/2010

Bonnes fêtes et meilleurs vœux pour 2011 !

Que ce soit le Sommet européen aux résultats si médiocres sur le plan de la gouvernance économique et si menaçant quant à l'avenir du budget de l'UE, ou bien la crise en Côte d'Ivoire et l'impuissance européenne qu'elle illustre à mon sens, sans parler de cette neige qui nous a tant uni dans le désarroi en Europe et devrait encore resserrer nos liens cet hiver, les sujets d'écriture ne manquaient pas ces derniers jours mais un coup de froid m'a retenu quelques jours et me voilà maintenant partant pour les congés de Noël dans mon Morvan natal. Bonnes fêtes à tous et comptez sur moi pour 2011. J'ai pris goût à chroniquer.

14/12/2010

Allah est Français et Mohamed va devoir s'adapter

Au vu des millions de musulmans recensés en France, il est heureux que ceux assez "croyants" pour affronter la pluie, le froid, les klaxons et les quolibets soient en définitive si peu nombreux à se croire autorisés par Dieu - et par arrêté préfectoral - à encombrer quelques rues de Paris ou Marseille pour la prière du vendredi soir. Cette occupation du pavé s'explique par l'absence ou l'exigüité des mosquées environnantes, même si je ne doute naturellement pas du militantisme islamiste de certains "fidèles" déterminés à démontrer que la France est terre d'Islam. Je ne doute pas non plus que ces manifestations cultuelles soient largement infiltrées par des policiers en civil d'origine maghrébine et parlant arabe. Au demeurant il est paradoxal que ceux qui s'émeuvent bruyamment de cette situation soient les mêmes qui s'opposent à la construction de lieux de cultes, pourtant financés par les musulmans eux mêmes et dont l'existence délégitimerait et rendrait même illégal ce type de profession de foi publique.

Le Schmilblick de l'intégration C'est délibérément que j'emploie ici des termes mesurés alors que quiconque me connaissant sait à quel point je serais pour le moins radicalement énervée si je voyais la rue Myhra barrée sous mes yeux pour cause de prière intempestive! La raison en est simple: une fois que j'aurais hurlé que "ces bougnoules me font chier" ou "qu'ils retournent chez eux", je n'aurais guère fait avancer le Schmilblick de l'intégration. Car soyons clair: du jour où les troupes françaises ont débarqué le 14 juin 1830 à Sidi-Ferruch  en vue de prendre Alger le mois suivant et de commencer la colonisation immédiatement dans la foulée, le destin musulman de la France était écrit, qu'on le veuille ou non 170 ans plus tard. Prendre en compte les réalités pour trouver des solutions est sur ce sujet comme sur d'autres ma ligne directrice. Or la réalité c'est que 5 à 6 millions de Français sont musulmans et que dès lors, il faut bien faire avec. Sauf à affirmer - et en assumer les conséquences politiques - qu'il s'agit de citoyens de seconde zone, ce qu'ils sont d'ailleurs nombreux à ressentir compte tenu des difficultés auxquelles les Français d'origine étrangère se heurtent pour trouver un travail ou un logement, quand bien même sont-ils diplômés ou disposant de revenus réguliers.

Alors que toute la "communauté chrétienne" s'apprête à fêter Noël, ou plutôt à profiter d'un calendrier millénaire pour passer un bon moment en famille, je me demande ainsi bien pourquoi la "communauté musulmane" ne pourrait pas elle-même aussi profiter d'un jour férié permettant aux familles de se retrouver. Je ne suis nullement spécialiste mais l'Aïd el-Kabir, à l'ambiance apparemment si festive, me paraît s'imposer. Ce serait un gage que la République française donnerait de son respect de toutes les religions pratiquées sur son sol. Car au delà des communautés "chrétienne", "musulmane", voire "juive" - le Yom Kippour pourrait aussi être férié -, c'est la nouvelle communauté nationale, née de notre histoire récente, qu'il faut bâtir. Dois-je rappeler à la "Fille aînée de l'Eglise" que la plupart des fêtes chrétiennes ont été plaquées sur d'anciennes fêtes païennes, à commencer par Noël. Ce que l'Eglise de la Basse Antiquité et du Haut Moyen Âge a su faire pour brasser les populations gallo-romaines et germaniques, pourquoi l'Etat moderne n'en serait-il pas capable pour brasser des populations françaises de souche avec des populations plus récentes?

L'Aïd, pilier du consensus national Naturellement, cette ouverture républicaine vers d'autres cultes ne signifie nullement dans mon esprit un compromis avec les "barbus", pas plus qu'avec la "soutane". En particulier, autant l'Eglise n'a pas à peser sur les débats législatifs en matière d'éthique, les Imans n'ont pas à interférer avec nos lois laïcs, concernant l'interdiction du voile dans les lieux publics en particulier. De même, si les fêtes chrétiennes s'insèrent dans notre vie économique, c'est qu'elles sont prévisibles et il faudra que les musulmans de France - et d'Europe -  s'organisent pour ne plus se laisser dicter leur calendrier par des autorités religieuses étrangères, ni qu'ils persistent à abattre un mouton selon des méthodes considérées comme cruelles sous nos cieux. L'unique objet de ma proposition est d'intégrer une part croissante de la population dans notre organisation sociale, dont les jours fériés sont une des pierres angulaires, non de conforter leur différence. C'est à ce prix que l'Aïd pourrait devenir avec Noël et le 1er mai un des piliers du consensus national.

10/12/2010

On peut obliger le peuple à obéir, on ne peut pas le forcer à comprendre (Proverbe chinois)

Les commentaires vengeurs des autorités chinoises à l'encontre de tous les représentants des pays qui devaient assister à la remise du prix Nobel de la Paix à Liu Xiaobo résonnent de la même hargne et de la même morgue que ceux qui accueillaient en 1935 dans l'Allemagne nazi son attribution à Carl von Ossietzky, lui aussi en détention au moment de la cérémonie et lui aussi interdit d'être même simplement représenté par un proche à Oslo. On ose espérer que l'universitaire dissident chinois ne subira pas le même sort que l'intellectuel pacifiste allemand, mort quelques mois plus tard des suites de mauvais traitements en prison.

Complot occidental Le parallèle entre les deux situations s'arrêtent cependant là, tant je ne ferai, non pas l'injure (je n'ai que mépris pour le régime communiste chinois) mais l'erreur de comparer les esthètes confusionnistes régnant à Pékin en 2010 avec les brutes hitlériennes acculturées sévissant à Berlin en 1935. Certes, dans la presse chinoise, se répand la même rhétorique haineuse et xénophobe qu'aux pires heures d'avant-guerre  mais la contre-offensive gouvernementale chinoise est autrement plus subtile. Les autorités pékinoises ne se contentent pas en effet de protester contre un soit disant complot occidental, elles se saisissent de cet incident diplomatique pour récuser la légitimité même du Prix Nobel en matière de Paix et de droits de l'homme.

Symbole de cette contre attaque: la création cette année d'un Prix Confucius de la Paix, décerné à Lien Chan, un ancien vice-Président Taïwanais, qui a oeuvré à la réconciliation entre les deux pays. Parmi les autres nominés, figuraient notamment Bill Gates, Mahmoud Abbas et Nelson Mandela et je suis ravi pour eux qu'ils n'aient pas eu à en justifier l'acceptation ou le refus. "L'Europe est pleine de petits pays qui se combattent depuis des siècles. Nous refusons de voir le concept de paix galvaudé par ces gens", explique doctement dans La Croix aujourd'hui Tan Changliu, haut fonctionnaire au ministère chinois de la Culture et responsable de ce prix qui se veut concurrent du Nobel. Comme chacun sait, la Chine s'est construite dans la paix et la sérénité, y compris dans son histoire la plus récente. Plus retors encore dans Le Monde d'hier, le correspondant à Paris du journal Wen Huibao, Zheng Ruolin, qui  fait un parallèle osé entre le communisme et la démocratie, sur le thème: "On nous avait dit que le communisme était la panacée et on a vu, alors la démocratie..."

Valeurs universelles Cette habile façon de nier que la démocratie et l'Etat de droit sont des principes intangibles mais des références strictement occidentales, pose clairement la question du relativisme, ce concept si souvent agité par des intellectuels bon teint pour expliquer que tout est dans tout et qu'on ne peut plaquer notre façon de voir au reste de la planète. Un baratin maintes fois entendu par exemple pour justifier le terrorisme. Nonobstant le fait que la Chine ne se gêne pas elle-même pour s'imposer au monde, contraint et sans concertation de s'adapter  tant bien que mal à cette irruption rapide et massive, c'est un procès d'intention pitoyable et sans fondement qui est ainsi fait aux valeurs universelles. Elles sont certes nées en Occident dans le sang et les larmes, mais c'est en leur nom que Liu Xiaobo risque sa vie, ainsi que des millions de chinois  et autres terriens.

Car de quoi est accusé le "criminel" Liu Xiaobo qui justifierait 11 ans de prison? Sa participation active à rédaction la Charte 08, une reprise quasi-conforme de la Convention des droits de l'homme, qui stipule dans son préambule: "Dans quelle direction la Chine du 21e siècle ira-telle ? Continuera-t-elle une "modernisation" dont la caractéristique est que ceux qui la dirigent menacent les droits des autres, ou bien, en reconnaissant ces valeurs partagées et universelles, en se fondant dans ce courant commun de civilisation, va-t-elle bâtir un système de gouvernement démocratique ? C'est un choix qu'on ne peut se passer de faire[".  Or, aucun des thuriféraires du régime chinois ne peut nier que la Chine moderne ne s'emploie pas à bâtir un Etat de droit mais au contraire à asseoir la toute puissance d'une caste membre d'un parti unique. Il n'existe pas de voie chinoise vers la démocratie mais une version chinoise de la dictature comme en témoignent la montée en puissance de Xi Jinping, successeur désigné de Hu Jintao, considéré comme le chef de file de la faction des « Princes rouges », les rejetons de vétérans du régime, ou la marginalisation concomitante de Wen Jiabao, le Premier ministre, dont le coming out pro-démocratique en octobre dernier a été censuré par tous les médias officiels.

Ce n'est pas encore Munich Non, l'Europe n'a pas à respecter l'ordre interne chinois qui prétend criminaliser des militants des droits de l'homme. Et de ce point de vue, on ne peut que déplorer la modestie de sa présence aux cérémonies d'Oslo. Pourquoi Catherine Ashton, la Haute Représentante se laisse-t-elle ainsi représentée par les Vingt Sept ambassadeurs? Pourquoi, à l'instar du Président Obama, Herman Van Rompuy, ne proteste-t-il pas contre la manière dont Pékin traite la Norvège et le comité Nobel? Sans doute parce que de Paris à Berlin, en passant par Londres, on veut bien contrarier l'Empire du Milieu mais surtout pas se mettre à dos l'atelier et le banquier du monde. Ce n'est pas encore Munich mais à ce rythme, on aura bientôt  perdu l'honneur sans être sûr d'avoir gagné la paix: la Chine augmente chaque année de 10% son budget militaire qui atteint déjà 120 milliards d'euros ...Et comme chaque année, je me demande pour quoi faire. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, qui vient de signer une convention avec son homologue du Parti communiste chinois, a sûrement une explication.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu