Avertir le modérateur

29/11/2010

Panoptique pour Panurge

La publicité tapageuse organisée par le gratin de la presse internationale (The New York Times, The Guardian, Der Spiegel, Le Monde, El Pais) autour des révélations de milliers de télégrammes diplomatiques américains est une honte absolue. Moi qui ici même vantait voilà quelques jours la liberté de la presse et le secret professionnel devant entourer les sources  journalistiques, me voilà confronté à la décision volontaire de rédacteurs en chef des plus respectés journaux de la planète de "griller" des centaines de sources potentielles, dont quelques unes risquent désormais leur vie, et la plupart leur carrière.

 

Train de vie d'espion patenté Est-ce en effet utile d'avoir la confirmation que l'ambassadeur américain à Paris a trouvé en Nicolas Sarkozy un "admirateur de Bush" et qu'il décrit notre Président à l'intention du Département d'Etat comme un homme "susceptible et autoritaire"? Je souhaite bien du plaisir à ce diplomate pour son prochain rendez-vous à l'Elysée. Et que penser de ces appels à la guerre contre l'Iran lancée par les Princes et Emirs arabes, pour lesquels je n'ai aucune sympathie, mais qui pouvaient légitimement espérer que leurs confidences à l'ami américain à l'encontre de leur grand méchant voisin ne seraient pas mises sur la place publique.

 

Le plus absurde est que, sous réserve d'inventaire, cette rupture médiatique n'apporte rien de neuf. Le Monde s'était déjà fait l'écho des sentiments de l'administration américaine à l'encontre de Nicolas Sarkozy, tout comme à sa lecture on pouvait comprendre tout le mal que pensent l'Arabie Saoudite et les Emirats du programme nucléaire iranien. La presse s'est ainsi clairement tiré une balle dans le pied. De qui ces journaux pensent-ils encore obtenir des informations cachées alors qu'ils viennent de montrer leur mépris total à l'égard du secret des sources?

 

Australien à la tête de fouine Mais le pire est sans conteste d'avoir crédibilisé Wikileaks et son fondateur Julian Assange. On ignore tout de cet Australien à la tête de fouine, sinon qu'il vit comme un fugitif de luxe, enfilant les avions et les hôtels 4 étoiles, sans l'ombre du début d'un revenu déclaré pour justifier ce train de vie d'espion patenté. Ce personnage trouble participe de cette nouvelle race d'énergumènes qui veulent, par le truchement magique d'Internet, libérer l'humanité de son asservissement aux médias traditionnels pour les ouvrir à la béatitude de la connaissance sans entrave. Que M. Assange nous ramène des documents secrets du Parti Communiste Chinois et on en reparlera.

 

En réalité ce Jeremy Bentham au petit pied ambitionne de créer un méga-panoptique, où seul, de sa Tour d'Ivoire, il pourra observer et trier les informations privées les plus secrètes et les plus confidentielles. Ce n'est pas la démocratie mondiale que prépare ce salopard mais la plus élaborée des dictatures technologiques, celle où tout se sait et tout se voit. Et je suis effrayé de constater que cette initiative mortifère, qui me rendent les bonnes vieilles écoutes téléphoniques presque sympathiques, n'est pas soutenue que par les usual suspects, adorateurs du net gratuit et autres pirates bien intentionnés du travail des autres, mais aussi par la presse établie et conventionnelle laquelle, tel le mouton de Panurge, se précipite ainsi tête baissée dans le vide.

28/11/2010

Herbe bleue contre économie grise

Le règlement de compte à la kalachnikov, qui s'est récemment soldé dans la bien mal nommée cité du clos la rose à Marseille par l'assassinat d'un dealer de 16 ans et de graves blessures infligées d'un enfant de 11 ans passant par là, illustre de manière spectaculaire l'absurdité tragique de la politique prohibitionniste menée depuis des années. Quelque soit l'arsenal juridique et policier déployé, les drogues sont pour ainsi dire en vente libre en France, à commencer par le cannabis, sous ses deux formes les plus courantes de commercialisation, la marijuana (herbe) et surtout le haschich (shit). Certes, les enquêtes épidémiologiques indiquent une stagnation de la consommation mais à un niveau de marché tel, estimé à environ 900 millions d'euros par an rien que pour le cannabis (sur un total de 1,5 à 2 milliards), qu'il ne peut qu'aiguiser les appétits malsains des grands trafiquants internationaux et susciter l'intérêt des bandes des quartiers désœuvrés de nos villes et banlieues, où la vente au détail de shit ou d'herbe assure un revenu compensatoire à des jeunes gens affectés par un taux de chômage flirtant avec les 40%.

Le phénomène a toujours existé mais l'offre devient tellement abondante (les prix ont baissé d'environ 40% en 10 ans) qu'une féroce concurrence oppose désormais des revendeurs de plus en plus violents, faisant 26 morts dans la cité phocéenne en 2 ans seulement, sans parler d'autres faits divers sanglant à Sevran, Stains ou Grenoble. Le petit dealer de quartier n'est plus le cousin de l'arabe du coin, mais désormais le membre de gangs lourdement armés, souvent à la tête d'activités légales fictives à fin de blanchiment. Ainsi non seulement la prohibition n'a pas tari, bien au contraire, l'approvisionnement  mais elle a en plus permis au fil des années et de la déshérence sociale dans laquelle sont maintenues tant de cités l'émergence d'une nouvelle criminalité tellement bien organisée qu'elle bénéficie du soutien d'une partie de la population locale dont c'est l'un des principaux moyens de subsistance. Beau succès politique en vérité auquel s'ajoute le coût économique de l'emprisonnement de milliers de trafiquants (18% des détenus). Ce triste constat d'échec généralisé a d'ailleurs été fait très officiellement cette semaine par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.

 Un joint sans kalachnikov, c'est possible  La France est un des pays les plus répressifs d'Europe depuis la loi de décembre 1970, qui faisait elle-même écho à une Convention prohibitionniste de l'ONU de 1961. La communauté internationale a d'ailleurs de la constance en la matière, puisqu'en juin 1998 les Nations-Unies toujours se donnèrent 10 ans pour éradiquer les cultures et réduire la consommation. « Un monde sans drogue est possible », tel était le slogan benêt que la diplomatie mondiale entendait imposer voilà 12 ans, avec le résultat que l'on voit aujourd'hui, aux mafias et aux centaines de millions de fumeurs de pétards et autres bédos. Non pas que ces derniers aient nécessairement raison de céder à leur vice caché ou public, tant le cannabis, comme le démontrent maintes études médicales, peut avoir des effets psychotiques graves, notamment chez les adolescents. Mais si depuis 40 ans la prohibition n'a pas enrayé ce plaisir solitaire et souvent collectif, peut être est-il temps de réfléchir à davantage en contrôler l'usage, plutôt qu'à le condamner au marché noir et à ses pratiques opaques. Bref il faut passer  de l'approche moralisatrice à l'ère du pragmatisme.

Mon slogan serait : « Un joint sans kalachnikov, c'est possible » et mon exemple, les Pays-Bas où l'usage du cannabis est dépénalisé puis 1976 et la vente par 5 grammes maximum autorisée dans des établissements spécialisés. Ces fameux « coffee shop » sont interdits aux mineurs et leurs tenanciers, d'honnêtes commerçants (encore que la loi néerlandaise est hypocrite sur la manière dont ils doivent se procurer la marchandise...), payant en tout cas patente, TVA et impôt. Et ca marche, car cette loi sans tabou met aussi le paquet sur la prévention et le contrôle social. Le rapport annuel 2009 de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies montre ainsi un taux de prévalence au cannabis chez les 15-34 ans parmi les plus faibles d'Europe, en nette diminution même chez les 15-16 ans par rapport à 1995, bien loin sous la France, l'Espagne ou le Royaume-Uni.

A la bonne fumette Bref, au lieu de promouvoir en Europe des Pactes contre la drogue sans lendemain, qui font rire les cartels et leur « go fast », le gouvernement serait mieux inspirée de sortir nos cités de l'emprise des mafias en autorisant l'ouverture de « coffee shop » à la française. Si le bar-tabac « La Civette » disparaît de notre paysage urbain, le chicha-bar « A la bonne fumette » pourrait opportunément le remplacer. Nul doute que le dealer reconverti en débitant de cannabis aura à cœur de voir son quartier tranquille et sécurisé, et que la police fourmillera dès lors d'indicateurs sur les trafics parallèles de rue ou la revente de drogues dures. Nul doute non plus, que dans un premier temps l'effet de mode et la nouveauté provoqueraient un regain de consommation. Mais l'évolution pourrait tout aussi bien se faire à la baisse comme aux Pays-Bas et encore une fois, si la prohibition avait été une solution, la mienne n'en serait pas une. Je crois simplement rationnel de s'appuyer sur un fait - la consommation - pour en éliminer un autre, la criminalité organisée que la légalisation du cannabis et le contrôle légal de l'approvisionnement priverait d'une de ses principales sources de revenus pour abonder les caisses de l'Etat.

24/11/2010

Test de résistance à l'oppression bancaire

Ainsi qu'une lectrice avisée me l'a fait remarquer, le remboursement des intérêts de la dette n'est déjà plus le quatrième poste budgétaire de l'Etat (son niveau de 2009) mais désormais le second. Autant dire que la France vit sous créance, et la première responsabilité en repose sur vous et moi qui, soit ne payons pas assez d'impôts, soit dépensons trop. Et plus probablement les deux.  Je me suis assez étendu sur le second point pour ne pas avoir besoin de me fâcher davantage avec la Fonction publique, qui n'en demeure pas moins inutilement pléthorique au regard des services rendus, et ne suis guère à même de plaider pour une augmentation des impôts, ne les payant moi-même plus en France, mais n'en pensant pas moins sur les gisements fiscaux que constituent les revenus du patrimoine, dramatiquement sous-taxés, et les avantages indus consentis aux entreprises multinationales, par ailleurs principales bénéficiaires des aides d'Etat et des politiques publiques.

Moloch bancaire Reste que ce mea culpa citoyen n'exempte pas les bailleurs de ce puits sans fond. D'autant moins que la crise obligataire qui nous a accompagnés toute l'année a permis de vérifier à quel point ces banques n'entendaient pas seulement prêter mais aussi commander. Le Parlement européen peut en témoigner qui a été soumis à une intense pression tout au long du processus législatif sur la supervision bancaire et financière, non sans céder d'ailleurs aux sirènes des pleureuses professionnelles qui hantaient nos couloirs pour nous menacer d'un assèchement du crédit si la règlementation devait être trop sévère et découplée des pratiques hors UE. Les Etats membres ont connu pire encore en matière de lobbying, tant le système bancaire est interpénétré jusqu'aux plus infimes rouages des Etats, le summum venant de se dérouler en Irlande: alors que Dublin ne demandait rien et disposait de réserves monétaires suffisantes jusqu'au printemps prochain,  la spéculation acharnée sur le marché secondaire de la dette irlandaise a accru jusqu'à l'insoutenable la fragilité des banques domestiques, principales détentrices des obligations d'Etat. L'honnêteté oblige néanmoins à reconnaître que si la BCE et la Commission avaient mené plus sérieusement leurs stress tests en juillet dernier, l'Allied Irish Bank et la Bank of Ireland n'auraient pas du les passer avec succès.

Ce moloch bancaire alimente en outre lui-même ses propres fantasmes grâce à toute la logistique qui entoure les activités financières et vit sur la bête, à commencer par les Agences de notation. Déjà sur la sellette lors de l'affaire des subprimes, ces dernières viennent d'aggraver sans vergogne leur cas à l'occasion de la crise irlandaise, au moins l'une d'entre elle, la joliment dénommée Moody's, laquelle de fait semble noter selon ses humeurs. Contre toute logique, en effet, alors qu'on aurait pu s'attendre à ce que l'annonce lundi d'une injection d'une centaine de milliards d'euros serait un facteur d'apaisement, Moody's décidait au contraire simultanément de dégrader la note irlandaise, autrement dit de lancer un avertissement aux marchés sur l'incapacité de l'Irlande à rembourser sa dette! Ces derniers paniquant pour moins que çà, se sont donc de nouveau emballé et les rumeurs de faillite en chaine dans la zone euro se sont répandu toute la semaine comme une trainée de poudre, substance dont les traders sont de gros consommateurs.

Enfants gâtés de la mondialisation Face à l'irrationnel, la raison est toujours perdante. C'est pourquoi je crois qu'avec les banques, il faut passer à l'épreuve de force. Les banques ne feront plus peur quand leur environnement règlementaire en fera des entreprises comme les autres. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Toute une série de négociations s'annoncent ainsi pour tenter d'alléger le fardeau de nouvelles normes prudentielles, dites Bâle III et élaborée par la Banque des règlements internationaux, c'est à dire la Banque des Banques centrales. En clair il s'agit de faire passer le ratio de solvabilité bancaire de 2% en moyenne aujourd'hui à 7% en 2019, c'est à dire que quand une banque prête 100 millions, elle devra au moins en avoir 7 immobilisés en caisse. Il va sans dire que çà ne leur plaît pas et du coup expliquent la bouche en coeur que ce capital immobilisé est autant qu'elles ne pourront pas prêter. Ce serait vrai si leur rentabilité moyenne ne frisait pas les 15%....Il est donc impératif que les pouvoirs publics résistent à ce nouveau chantage des enfants gâtés de la mondialisation.

Le temps est ainsi venu d'une action régalienne forte, la nationalisation n'étant d'ailleurs pas nécessairement la bonne méthode, l'expérience française en la matière ne plaidant pas en ce sens. Beaucoup plus opportun serait d'imaginer un système de modulation fiscale pour à la fois obtenir des banques qu'elles prêtent à bon escient, en limitant la prise de risque ou en le faisant assumer par leurs actionnaires et non plus les contribuables, et pour diminuer leur rentabilité que rien ne justifie, sinon leur place au coeur du fromage. Je voudrais rappeler ici que la rentabilité moyenne d'une PME ne faisant appel ni à l'effet de levier, ni à la créativité comptable, ni à la déconsolidation fiscale, ni à ces recettes toutes légales mais immorales qui fondent l'économie financière, atteint 5% les bonnes années, un peu plus dans le service haut de gamme, un peu moins dans l'industrie manufacturière de base. Et que selon le dernier rapport du Conseil des prélèvements obligatoires, les entreprises du CAC 40 (dont la BNP, Dexia, la Société générale entre autres) paient en moyenne 2,3 fois moins d'impôts sur les bénéfices que les PME. Cherchez l'erreur!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu