Avertir le modérateur

29/11/2010

Panoptique pour Panurge

La publicité tapageuse organisée par le gratin de la presse internationale (The New York Times, The Guardian, Der Spiegel, Le Monde, El Pais) autour des révélations de milliers de télégrammes diplomatiques américains est une honte absolue. Moi qui ici même vantait voilà quelques jours la liberté de la presse et le secret professionnel devant entourer les sources  journalistiques, me voilà confronté à la décision volontaire de rédacteurs en chef des plus respectés journaux de la planète de "griller" des centaines de sources potentielles, dont quelques unes risquent désormais leur vie, et la plupart leur carrière.

 

Train de vie d'espion patenté Est-ce en effet utile d'avoir la confirmation que l'ambassadeur américain à Paris a trouvé en Nicolas Sarkozy un "admirateur de Bush" et qu'il décrit notre Président à l'intention du Département d'Etat comme un homme "susceptible et autoritaire"? Je souhaite bien du plaisir à ce diplomate pour son prochain rendez-vous à l'Elysée. Et que penser de ces appels à la guerre contre l'Iran lancée par les Princes et Emirs arabes, pour lesquels je n'ai aucune sympathie, mais qui pouvaient légitimement espérer que leurs confidences à l'ami américain à l'encontre de leur grand méchant voisin ne seraient pas mises sur la place publique.

 

Le plus absurde est que, sous réserve d'inventaire, cette rupture médiatique n'apporte rien de neuf. Le Monde s'était déjà fait l'écho des sentiments de l'administration américaine à l'encontre de Nicolas Sarkozy, tout comme à sa lecture on pouvait comprendre tout le mal que pensent l'Arabie Saoudite et les Emirats du programme nucléaire iranien. La presse s'est ainsi clairement tiré une balle dans le pied. De qui ces journaux pensent-ils encore obtenir des informations cachées alors qu'ils viennent de montrer leur mépris total à l'égard du secret des sources?

 

Australien à la tête de fouine Mais le pire est sans conteste d'avoir crédibilisé Wikileaks et son fondateur Julian Assange. On ignore tout de cet Australien à la tête de fouine, sinon qu'il vit comme un fugitif de luxe, enfilant les avions et les hôtels 4 étoiles, sans l'ombre du début d'un revenu déclaré pour justifier ce train de vie d'espion patenté. Ce personnage trouble participe de cette nouvelle race d'énergumènes qui veulent, par le truchement magique d'Internet, libérer l'humanité de son asservissement aux médias traditionnels pour les ouvrir à la béatitude de la connaissance sans entrave. Que M. Assange nous ramène des documents secrets du Parti Communiste Chinois et on en reparlera.

 

En réalité ce Jeremy Bentham au petit pied ambitionne de créer un méga-panoptique, où seul, de sa Tour d'Ivoire, il pourra observer et trier les informations privées les plus secrètes et les plus confidentielles. Ce n'est pas la démocratie mondiale que prépare ce salopard mais la plus élaborée des dictatures technologiques, celle où tout se sait et tout se voit. Et je suis effrayé de constater que cette initiative mortifère, qui me rendent les bonnes vieilles écoutes téléphoniques presque sympathiques, n'est pas soutenue que par les usual suspects, adorateurs du net gratuit et autres pirates bien intentionnés du travail des autres, mais aussi par la presse établie et conventionnelle laquelle, tel le mouton de Panurge, se précipite ainsi tête baissée dans le vide.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu